Santé du cheval

3 mois de repos pour une atteinte ligamentaire ? Non, non, non…

Je l’attendais comme le messie : la visite de contrôle de Mini-Morue. Voilà 3 mois (à quelques jours près) que je suis à pied et que ma partenaire est au repos. 3 mois qui, au final, sont passés plutôt rapidement entre les diverses blessures de guerre, les bêtises en tout genre, le fer qui valse, le travail en main et les balades en licol. Bon, je l’avoue : le fait de faire tagada tsoin tsoin dans le Vexin commence sérieusement à me manquer. Mais ça va, je gère la dépendance. Encore heureux, d’ailleurs ! Car 3 petits mois pour une atteinte ligamentaire… c’est même pas la peine d’y penser ! Hop, on prend 2 mois de plus !

Des nouvelles de la grande malade !

Bon, commençons par le commencement : Mini-Morue va bien ! Le physique est là, elle ressemble à un ourson avec son poil épais et son ventre bedonnant. Oui, un pur-sang peut faire du poil. Je suis en grande réflexion avec moi-même : faut-il la tondre ? Pour l’instant, je penche vers la négative; la reprise du travail n’étant pas pour demain, je pense la laisser en mode « nature ». Je lui mettrai une petite couverture imperméable si les températures descendent trop ou que je vois qu’elle perd un peu d’état. Par de surprotection à l’horizon : la laisser en mode « oursonne », c’est aussi l’endurcir. Elle a tout ce qu’il faut : un pré, un accès au box à volonté, un box paillé, du foin à foison. Si la demoiselle a froid, elle trouvera de quoi se réchauffer.

Psychologiquement, ça va ! Durant les 3 mois, on a un peu joué aux montagnes russes. Trop de temps pour gamberger, c’est laissé temps libre à la mise en place de stratégies spéciales « bêtises ».

Montagnes russes - Horse-Connect

Oui, en 3 mois, nous sommes un peu parties dans tous les sens !

Je pense foncièrement qu’elle a commencé à s’ennuyer sévère de ne plus travailler. Pour un cheval qui a connu le travail à 18 mois (et qui est donc formaté, ne nous voilons pas la face…), passer d’une compétition à rien…. et ben ça lui fait bizarre. Un peu comme l’Humain qui se retrouve mis au placard du jour au lendemain. Heureusement, en avançant dans la convalescence, j’ai eu l’autorisation de l’emmener en balade en main. Faut la voir la Mini-Morue : passer d’opération « Dragon Rouge » à « Je balade mon chien-cheval dans le Vexin ». Une fois en extérieur, elle est tellement contente qu’elle se comporte parfaitement : pas assuré, oreilles en avant et nez au vent. Un régal pour elle et pour moi. Bon, pour le moment, les sorties de 3h on oublie hein ! On se contente d’une petite balade d’une heure tranquillou pépère avec pause brouting tous les 100 mètres. Je peux bien lui accorder ça 🙂

img_0382

Miam miam miam !

 

Et alors la patoune, elle est guérie ?

Non. La réponse est non. Jeudi après-midi, le véto est venu pour faire une visite de contrôle. Tremble, Sophie tremble ! Je voyais la jument faire ses allers/retours au pré et marcher d’un pas décidé en extérieur. Détrompes-toi cher lecteur :

  • On commence gentiment par un palpé de la zone. Le véto me dit qu’elle est encore un peu sensible.
  • On poursuit avec un trotting digne d’un vetgate (départ au claquement de langue…bonne mémère, elle n’a rien oublié !) : le véto me dit que c’est pas trop mal … mais c’est pas encore ça.
  • On poursuit avec le test de la flexion et là… bon bah c’est pas bon. Elle n’est clairement pas droite sur son A/R.

Afin de voir ce qu’il en est sur un sol mou, le véto m’a demandé de l’emmener en carrière afin de la longer aux 3 allures. Hop, j’enlève la longe de licol, je prends ma longe de 20 m et la chambrière. En avant Guingamp ! Pour rappel, nous sommes en présence d’un pur-sang au repos depuis 3 mois, avec un vent de folie… et un simple licol. J’ai confianceeeee.

Je la mets sur le cercle. Le véto me demande de la trotter. Un claquement de langue et notre code habituel et la voilà au trot. C’est con et gnignian à souhait mais je la trouve sublime. Je crois qu’elle n’a jamais eu cette allure déliée et rebondissante. Elle est hyper posée et à l’écoute. Je crois même… qu’elle est contente. Je lui demande le galop. Elle part à la 2ème demande. Transition galop > pas en un instant. Arrêt sur le cercle. Je la félicite.

Nous faisons la même chose à l’autre main. Rien à redire, elle est parfaite à mes yeux. Le souci, c’est que là, mes yeux on s’en fou. C’est ceux du véto qui nous intéressent. Et là, le petit couperet tombe : elle est quasiment parfaite sur le mou… mais étant donné donné que sur le dur, ce n’est pas ça…. et bien il en déduit que la cicatrisation n’est pas terminée… et m’annonce qu’on rallonge de 2 mois la période de repos.

Bon. Et ben vous savez quoi ? Oui, pendant 30 secondes, intérieurement, je me suis prise pour le Capitaine Haddock.

Capitaine Haddock - Horse-Connect

Bah oui, je suis humaine.

Et puis très vite, j’ai relativisé. Elle va MIEUX ! Oui, elle va mieux et en plus, elle a le moral. La chance que nous avons, c’est que nous avons un super véto. Ceux qui prennent le temps d’expliquer et de discuter. Et j’ai toujours en tête une petite phrase qui n’est pas passée inaperçue il y a 3 mois de ça : « en un hiver, tu vas reconstruire ton cheval ». Je comprends dès lors que 3 mois, pour une lésion ligamentaire, c’est un peu short. A ce stade de la lésion, il n’y a rien à faire si ce n’est attendre que Dame Nature reconstruise tout ça du mieux qu’elle peut.

Dans cette situation un brin merdique, 2 bonnes nouvelles à l’horizon :

  • nous pouvons ouvrir son pré ! Fin de la période « paddock », elle va pouvoir de nouveau faire nez à nez aux clôtures pour être au plus proche de ses admirateurs.

 

  • je peux la remonter. Oui. Alors attention, on ne parle pas de travailler. Mais le véto ne voit aucun inconvénient à ce que je fasse 2 ou 3 petites balades de 30 min par semaine au pas uniquement. Pour le moral des troupes, ça peut faire du bien. Bon, je vous cache pas… c’est pas l’envie qui m’en manque. Mais monter un cheval qui est pas encore totalement réparé… bah… c’est complètement contre mon éthique. Donc pour faire simple, j’ai rapatrié selle, filet et casque à la maison… comme ça… on est tranquille ! Non, plus sérieusement : pour ce qu’elle est et tout ce qu’elle m’a déjà donné, elle mérite que je la laisse tranquille durant toute la convalescence. Respect de ma partenaire jusqu’au bout.

 

Au final, même si on prend 2 mois supplémentaires, je relativise ! Mini-Morue va mieux et c’est l’essentiel. Moi, en attendant, bah je continue à me faire une culture équestre, à chercher à comprendre le pourquoi du comment,  à m’assoir au coin du pré pour l’observer le nez dans l’herbe, à l’admirer quand elle a décidé de se transformer en crêpe au nutella (côté gauche, uniquement) et surtout…. à prendre soin d’elle.

11 commentaires sur “3 mois de repos pour une atteinte ligamentaire ? Non, non, non…

  1. horseshints

    Hé bé..; je suis à la fois un peu triste pour vous deux (parce qu’une blessure pour l’une et la gestion de la dépendance 😉 pour l’autre bah;.; c’est pas joyeux ) ET secouée de voir tant d’amour;; (enfin, c’est ce que moi je vois en te lisant ).
    Soit, petit com’ du matin tout va bien. Courage et vivement la prochaine visite véto!

    Répondre
    • Sophie Auteur de l'article

      Merci beaucoup Isabelle !
      Oui, il y a de l’amour dans cet article et je suis ravie que ces quelques mots le fassent ressortir.
      Cette jument m’a déjà tellement donné que ce soit à cheval ou à pied dans ma vie personnelle que c’est la moindre des choses que je puisse lui offrir : le temps de se refaire une santé sans avoir « le boulet » sur son dos.

      Répondre
  2. Audrey S

    Hello Sophie, Courage! Courage! et re-Courage! Tu tiens le bon bout et mini-morue elle a bien compris comment tenir le bon bout des vacances 😉
    Plus que 2 mois; en plus avec les fêtes ça va passer super vite.

    Répondre
    • Sophie Auteur de l'article

      Tu es mignonne Audrey, merci !!!
      Elle et moi nous le vivons pas si mal au final !
      Mais tu as raison, je vais quand même lui faire un petit rappel à l’ordre : non, on ne se blesse pas inutilement pour être en vacances continues ! Morue va 😉

      Répondre
  3. Charline

    Coucou Sophie ! Quand j’ai vu « atteinte ligamentaire », je me suis sentie directement reliée à l’article, et pour cause, ma Quivive s’est pété les ligaments il y a 3 ans et a écopé de …. 10 mois d’arrêt ! (Enjoy !) Alors je te souhaite bon courage, je sais que c’est long, mais ça en vaut le coup et au moins quand ce sera « bien réparé » par la suite, vous pourrez repartir pour de folles galopades ! En attendant je te souhaite bon courage, et bon rétablissement à ta pépette !!

    Répondre
    • Sophie Auteur de l'article

      Merci beaucoup Charline pour ces encouragements qui vont droit au coeur !
      Notre chance, c’est que le ligament n’a pas pété mais il est distendu au niveau de l’orthèse (doute sur l’orthographe!).
      On prend son mal en patience : la priorité est son bien-être physique et moral alors tant que je la vois se rouler et se transformer de bon coeur en oursonne en chocolat… tout va bien !

      Répondre
  4. Thébaine

    « en un hiver tu vas reconstruire ton cheval » > mais t’inquiètes pas que dans deux mois, on sera encore en plein hiver, les grands froids commencent à peine 😀 Allez, courage les championnes, les convalescences ont au moins l’avantage de permettre au couple de profiter de pleeeeeein de temps ensemble à rien foutre ! et ça, ça n’a pas de prix, hein ? Bises à toi et ton Ours/Morue 🙂

    Répondre
  5. crottinsco

    Bon ben même si elle doit encore rester au repos ce sont quand même de bonnes nouvelles ! Ces deux mois vont vite passer et puis il vaut mieux attendre une guérison complète avant de reprendre le travail au risque de la fragiliser sur le long terme… Courage à toi !

    Répondre
  6. Zmu38

    courage j’étais en plein dedans l’année dernière à cette même époque (et encore cetait moi qui me réparait xD) dit toi que tu rates une des pires périodes de l’année 😉

    Répondre
    • Sophie Auteur de l'article

      Merci Alex ! Je me souviens très bien de ta période de « réparation » LOL !
      Tout est dit dans l’article : l’essentiel est qu’elle aille de mieux en mieux. A partir du moment ou elle est à mes côtés, je reste la plus heureuse.

      Répondre

Laisser un commentaire