Santé du cheval

La bleime… quel problème !

Top chrono : je suis invisible à l’œil nu, je suis située au niveau de la sole ou du talon, je provoque une très forte boiterie du pied où j’ai décidé de me loger, on me diagnostique grâce à la pince à sonder, je touche le plus souvent les chevaux aux pieds plats ou aux talons écrasés… qui suis-je ? J’ai nommé la bien nommée : la bleime (quel problème ^^)

 

La bleime : mieux la comprendre pour mieux la traiter !

 

La bleime, c’est quoi ? Imaginez que vous êtes pieds-nus … et par mégarde, vous marchez sur un caillou. Aïe me direz-vous ! En fonction de la puissance de l’impacte avec l’objet contondant, vous allez vite voir apparaître un hématome sur la zone touchée… et vous allez commencer à boiter. Et bien pour les chevaux, c’est la même ! La sole, lors de la phase de posée du pied, a percuté un caillou. Ce dernier, si la sole s’avère être aussi fine que du papier journal (j’exagère… mais à peine ^^) a fait exploser quelques vaisseaux sanguins.

Bleime cheval - Horse-Connect

Une bleime, en image, ça donne ça ! – Copyright © Soigner-son-animal, DR

 

La bleime, un bel hématome !

Vous rentrez Doudou de sa journée de pré : Mein Gott ! Doudou est raide boiteux. Il clopine sur 3 pattes, à l’œil terne, l’encolure basse et vous supplie de l’achever à coup de terrain bien souple et de carottes réconfortantes. Vous touchez le pied et il est localement plus chaud que d’habitude. Tout de suite, si le membre a un peu engorgé, on pense aux ligaments, aux tendons, à une entorse. On s’imagine déjà le pire : devoir maintenir son cheval au box, ne plus pouvoir monter pendant de longs mois (allez… avouons-le, même si la santé de Doudou est notre priorité infinie, ne pas pouvoir le monter vous embête gravement ^^) et surtout… la facture vétérinaire qui va être salée !

 

Cher lecteur, j’ai une bonne nouvelle pour toi : il y a de très fortes chances que Doudou se soit fait une bleime ! C’est absolument pas grave… mais ça va être chiant (oui, j’ai osé !)

 

Pourquoi un article sur la bleime se retrouve t-il sur Horse-Connect ?

 

Toc toc toc… qui est là ? Et voilà… quelques jours avant Noël, Mini-Morue n’a rien trouvé de mieux que perdre une chaussure au pré. Arg me direz-vous ! Pur- Sang / Pieds plats qui plus est fourbus… le résumé n’est pas très folichon ! Décidée à ce qu’elle puisse continuer à gambader au pré avec les copains pendant que je m’engraisse durant les fêtes, je lui emballe le pied avec le matos sous la main.

 

12373298_622765494528016_2268683065257858524_n

 Concrètement, c’est pas beau … et en plus, ça n’a pas servi à grand chose !

Propriétaire prévoyante, j’aurais plutôt du avoir ça sous le coude :

B431177_3

Bande de protection pour sabot – Kramer équitation

 

… mais ce n’était pas le cas !

 

Avec la qualité actuelle des terrains, je pense que ce bandage de fortune a du tenir… 1h. 1 heure sur les 8 de sorties quotidiennes. Bien sûr, ce joli pied a rencontre LE petit caillou du pré. Vous savez, celui que vous vouliez éviter absolument ?

Le 27 Décembre, j’arrive à l’écurie… je la remarque légèrement boiteuse. Tout de suite, je dégaine mon kit d’homéopathie et j’appelle son maréchal. Youpiiiiiiii il vient le lendemain lui remettre sa chaussure. Nous voilà sauver. Elle. Et moi.

Le lendemain, avec son maréchal, on la regarde marcher : oui, elle n’est pas carré mais on devine bien pourquoi. Pas grave, ni une ni deux, on égalise un peu la corne et on la referre à l’identique (plaque + silicone). La jument revit : plus de boiterie, elle est rayonnante. On va se promener… c’est plutôt elle qui me promène.

Mini-Morue - Horse-Connect

Elle est contente Mini-Morue !

 

Les jours passent… elle est gênée. Pas de boiterie franche et nette mais on remarque de suite sa démarche un peu hésitante. Pas de panique, on ressort l’homéopathie. Arg, ça ne passe pas. Le pied est toujours un peu chaud. J’attends encore quelques jours me disant que ça va passer. Je décide, la mort dans l’âme, de la laisser au box pour éviter la compensation. Ca fait déjà quasiment 15 jours qu’elle est gênée. Je vais la marcher en main tous les jours. Tous les jours, je remarque que le pied est encore chaud et qu’elle hésite sur certains sols.
Mille sabords ! Je ne comprends pas. Elle a l’œil vif, les oreilles en avant mais… elle n’est pas carrée.

Serait-ce sa fourbure qui évolue ? Il ne me semble pas. Vu son état général, je suis intimement persuadée que ce n’est pas grave. Mais je peux me tromper. Au bout de 17 jours (donc au bout de 2 jours de box), je me décide à appeler le véto. Verdict le lendemain.

 

Le véto arrive. Pas inquiet pour un sous, il sort sa pince à sonder. Il l’a déferre. Il sonde en pince : rien. Il sonde les lacunes : rien ! Il sonde le talon interne… et hop, voilà un antérieur qui ne demande qu’à voler ! Il me regarde et me dit « pas d’inquiétude, c’est une bleime ». Me voilà rassurée. Lecteur, je vais être franche avec toi : j’ai fait une bêtise. En voulant bien faire, j’ai en fait empêcher la bleime de se résorber. Hé oui… le silicone, même si il est mou, exerce une pression sur le pied ! Et cette pression… a empêché la bleime de guérir !

 

Le véto lui prescrit de l’aspirine pendant 7 jours, des pansements de graines de lin pendant 3 jours puis me dit… « par contre, elle ne doit pas sortir au pré avant 15 jours – 3 semaines ». Je suis bouche-bée et lui répond immédiatement « ça, c’est elle qui décidera ».

 

 

L’évolution de la bleime grâce au traitement du vétérinaire :

 

Les 3 premiers jours, étant donné qu’elle a un pansement de graines de lin, je la laisse au box. Je viens donc la sortir en main. C’est qu’elle est sociable Mini-Morue. Elle ne comprend pas pourquoi, du jour au lendemain, elle est privée de pré. Alors je fais au mieux. Je sais que ma démarche ne remplace pas le grand air… mais j’essaye au moins de lui procurer un peu de confort.

Au bout de 3 jours, le pied est toujours un peu chaud. Je continue l’aspirine. Mini-Morue étant encore pied nu pour 3 jours, je prends mon mal en patience … et elle aussi. On fait des pansements bien épais et hop, on va marcher. Le pied est de moins en moins chaud, elle demande à marcher voire même à trotter. Par contre, je remarque un comportement qui ne me plait pas du tout : Elle commence à tiquer au box. Elle sort la tête, la tourne et se lime littéralement les dents dessus. Halte là, ça ne va pas du tout. Elle me montre clairement que sa place n’est pas ici et que l’isolement du box commence sérieusement à lui peser moralement.

Le maréchal est venu hier : il l’a sondé et il n’a plus obtenu aucune réaction de sa part. Il décide donc de la référer pour qu’elle puisse retrouver le pré. Pour ça, nous avons le même avis : pour quelque chose d’aussi peu grave qu’une bleime, la convalescence se fait au pré dès que possible. Car le cheval au pré va marcher… et en marchant, le sang va circuler dans le pied. Et un sang qui circule, ce sont des tissus qui se renouvellent. CQFD.

 

Mini Morue pendant le ferrage - Horse-Connect

Mini-Morue pendant le parage des postérieurs : la tête dans le foin ! On sent le gros stress en elle 😉

Ferrage - Horse-Connect

Mini-Morue et son maréchal

 Le traitement de la bleime vu la cavalière de Mini-Morue !

Aujourd’hui, nous sommes le 14 Janvier 2016. Mini-Morue a perdu sa chaussure au pré le 21 Décembre 2015. Faites-le calcul. Ce petit souci de santé nous a bouffé quasiment un mois !

J’arrive à l’écurie, je vais la voir. Elle hennit en me voyant car elle sait que je vais la sortir. Aujourd’hui, ça fait une semaine qu’elle n’est pas sortie au pré avec les copains. Je me rappelle de son tic de hier. Je la regarde dans les yeux. Elle m’observe. Je touche son pied qui est toujours un peu chaud mais plus de signe de gêne de sa part. Je prends la décision qu’aujourd’hui, elle va retrouver les copains. Je l’équipe de sa couverture de pré. On va marcher ensemble 10 minutes dans le manège histoire de pas grimper au pré à froid. Elle sent le sol, chaque crottin est inspecté. On sort du manège. Elle comprend que l’on prend la direction du pré. J’ouvre la clôture principale. Elle n’y croit pas trop car elle reste au bout de la longe. Je l’invite à venir. Elle reste toujours derrière moi. On escalade difficilement cette satanée côte rendue très glissante par les intempéries. On arrive devant son pré. J’ouvre la clôture. Elle comprend. Je lui dis « doucement », se tourne vers le sommet du pré. Elle fait quelques pas puis s’élance. Encolure relevée en mode « je fais ma belle », queue en panache et hennissements de joie. Je la vois retrouver sa vie de cheval. Je m’invite assister au spectacle des retrouvailles. Elle joue avec les autres, gambade, se cabre, regalope, s’arrête, se fait gratter l’encolure par le ptit du groupe, puis regalope, coup de cul, s’arrête, se roule.  Se lève, se cabre puis s’arrête : elle me voit et me regarde. Elle est à environ 60 mètres de moi. Mais je la vois, fine heureuse d’avoir retrouvé sa liberté.

Troupeau 1 - Horse-Connect

La grande Duduche en rouge et bleu est bien entourée pour son retour !

Troupeau 2 - Horse-Connect

Queue en panache et oreilles droites !

troupeau 3 - Horse-Connect

Héhé, je peux même galoper et mener le troupeau !

Sa bleime, au bout de 3 semaines, n’est toujours pas guérie. Nous reprendrons le travail à pied tranquillement la semaine prochaine sur un sol bien moelleux. A la fois pour le moral et pour ne pas perdre sa musculature (car Madame, depuis Octobre, n’a rien fait !) En attendant, sa convalescence, c’est avec les copains et au grand air qu’elle va la faire… et sans aspirine qui sera remplacée dès demain par la Reine des Prés !

 

Copyright image en « une » : Soigner-son-animal, DR

Un commentaire sur “La bleime… quel problème !

Laisser un commentaire