La nutrition du cavalier d’endurance

LA NUTRITION DU CAVALIER D’ENDURANCE

Ça faisait longtemps ! Une année sans course et vous vous dites « ça y est, elle est passée à autre chose ». Et ben non, pas du tout 🙂 Je suis allée voir du côté de l’Equitation Américaine pour justement, mieux revenir sur les pistes en 2018.

Bon, parlons peu, parlons bien. On s’occupe toujours du cheval d’endurance : ses soins, son entrainement, son alimentation… mais quid du cavalier ? Alors oui, si l’effort le plus important est fourni par le cheval, le cavalier qui pratique l’endurance en compétition se doit non seulement de s’entrainer régulièrement mais aussi… de s’alimenter correctement. Je vous le dis tout de suite : ne pensez pas à manger votre américain entre deux boucles. Pour tenir la distance, il va falloir autre chose que le steak haché/frites !

La nutrition du cavalier d’endurance, c’est quelque chose de sérieux 🙂

nutrition-cavalier-dendurance-horse-connectOubliez tout de suite ! – Source

Les besoins énergétiques

Quelle quantité ?

La ration calorique moyenne d’un sportif est définie par plusieurs facteurs :

  • la dépense de « base » (environ 60 calories / h)
  • la dépense dite « de thermorégulation » : lutter contre le froid augmente de 5% le besoin calorifique et ce, dès que la température descend en dessous de 10° (oui, voilà une raison pour manger votre kinder bueno en douce dans la sellerie)
  • la dépense liée à l’acte alimentaire : environ 3% de la ration
  • la dépense liée au travail musculaire : cette dernière est bien entendue très variable en fonction du sport pratiqué et de son intensité. Pour un cavalier, on l’estime à environ 200 calories pour une phase d’entrainement et 400 calories pour une phase de compétition.

nutrition-cavalier-dendurance-horse-connect3h de sortie au pas, dans le froid et en plus tout seul ?

Ca vaut bien un petit kinder en loucedé – non, mauvaise idée !

Les besoins hydriques :

Chaque calorie de la ration alimentaire se doit d’être couverte par 1ml d’eau. En fonction des conditions climatiques, les pertes hydriques peuvent être particulièrement importantes. Pour ma part, je consomme toujours la même eau minérale : la Courmayeur. Cette eau est enrichie en minéraux ce qui fait que même si je transpire beaucoup, mon niveau d’électrolytes  (chlorure de sodium, magnésium, potassium, calcium, phosphore…) reste stable. Seul inconvénient de cette eau : elle fait bien fonctionner votre vessie. Mais qu’on soit d’accord, c’est un mal pour un bien car la récupération passe aussi par l’élimination !

nutrition-cavalier-dendurance-horse-connectTHE eau minérale à utiliser lors de vos séances sportives !

Les différents types de rations alimentaires :

La ration d’entrainement :

Globalement, c’est le type d’alimentation que vous mangez au quotidien… à une seule différence près… ce n’est ni trop riche, ni trop consistant. Entre-nous, on est d’accord : pas de raclette ou de choucroute avant un entrainement ?! Je suis certaine que vous n’avez pas pour objectif de vomir sur la piste de galop et encore moins de faire votre sieste parce que Pompom vous berce comme un métronome !

nutrition-cavalier-dendurance-horse-connectUne raclette avant une séance de galop ? Mauvaise idée ! Source

La ration de compétition :

Ca y est, nous y sommes : le jour J est arrivé et vous êtes en piste (c’est le cas de le dire) ! Bien entendu, vous avez pensé à emmener un pique-nique composé de :

  • cake salé
  • chips
  • barre de chocolat

La ration de compétition, c’est celle qui assure la transition entre le dernier repas qui doit être copieux, mais digeste ! Avec ma petite expérience de cavalière amateur, j’ai pu tester différents types de petit-déjeuner. Pour mes premières courses, je prenais un petit-dej standard : viennoiserie / pain grillé, café. Le souci avec ce type de petit-dej, c’est qu’à peine arrivée sur le lieu de la course, mon ventre hurlait famine mais il m’était impossible de manger quoique ce soit…le stress, parait-il !

nutrition-cavalier-dendurance-horse-connect

Les barres Isostar sont intéressantes à utiliser.

Je vous les conseille entre les boucles lorsque vous n’avez pas trop le temps ou l’envie de manger!

Dans le cadre de ma volonté d’évoluer en endurance, je me suis dis qu’il serait intéressant d’aller voir ce qu’il se fait du côté… des sports d’endurance. Ma curiosité m’a donc poussé à aller découvrir la réalité du terrain aupr!ès des marathoniens. Ces gens sont pour moi des extra-terrestres. J’ai déjà essayé de me mettre à la course à pied mais franchement, le résultat est juste pitoyable. Il y a quelques mois, notre chienne Maya est venue nous rejoindre. Je me suis dis « chouette, elle va pouvoir m’accompagner dans mes sorties running ». C’était sans compter que Maya a une sacrée foulée et que moi, et ben je n’arrive pas à suivre. C’est moche, je vous l’accorde mais c’est la dure réalité. Bref, tout ça pour vous dire que du côté des blogs dédiés au marathon, il y a pas mal d’astuces à piocher et parmi ces dernières… l’alimentation. Au gré de mes lectures, j’ai pu remarquer que pour beaucoup de marathoniens, le petit-déjeuner idéal était composé… de riz complet. Et oui, du riz, des sucres lents ! Alors je me suis sur que si ces gens capables de courir 40, 2 km pouvaient s’en sortir en mangeant du riz au petit-dej, et bien moi aussi ! Et je peux vous le dire : technique testée et approuvée lors de notre dernière 60 km (oui, celle où Mini-Morue a été géniale… tellement géniale que nous avons été éliminée;-)) – Ce matin là, niché dans mon van au milieu de la tempête, j’ai mangé mon bol de riz complet. Et bien vous savez quoi ? Non seulement je n’ai pas eu faim mais en plus, le riz est très utile si vous êtes du genre à stresser (si vous voyez ce que je veux dire) !

nutrition-cavalier-dendurance-horse-connectAvec ça, vous serez au top ! Et pour être au méga top, rajoutez à votre liste un ou deux œufs durs 🙂

La ration post-compétition :

Ca y est, le jour J est passé ! Fin du stress, vous reprenez vos esprits et comme par magie, votre appétit revient au grand galop. Vous vous dites « ouai, génial, je vais ENFIN pouvoir me lâcher ». Que nini ! L’alimentation post-effort faire partie intégralement de votre stratégie de récupération ! Alors une fois la compétition terminée et le lendemain, on mise plutôt sur une alimentation hypocalorique et équilibrée en privilégiant un maximum les légumes et en buvant beaucoup (d’eau, cela va de soi !)

Après, si vous êtes vraiment hyper fières de vous, je vous autorise à craquer pour une petite crêpe au nutella histoire de marquer le coup. En tout cas, pour moi, elle n’y échappe pas. Doudou a bien son mash… alors pourquoi n’auriez-vous pas le droit à cette petite douceur (100% naturelle LOL)

alimentation-cavalier-dendurance-horse-connectMe remerciez pas, c’est cadeau 🙂 – Source

Pour aller plus loin, je vous propose de découvrir deux blogs que je trouve particulièrement intéressants sur la thématique de la pratique de sport d’endurance / longue distance :

  • marathon2nicolas.wordpress.com
  • https://captain-running.fr
  • annedubndidu.com

Laisser un commentaire