Santé du cheval

Les effets de l’entrainement sur l’organisme du cheval

Pour s’entrainer, le cavalier passe de nombreuses heures avec sa monture. Cet entrainement, le cavalier l’a imaginé puis planifié en fonction de son niveau, de celui de sa monture mais aussi, de ses objectifs. Sur le cheval, l’entrainement vise à déployer ses capacités physiques, à les amener au maximum de leurs possibilités. Mais concrètement, que se passe t-il dans son organisme ?

Quels sont les effets de l’entrainement sur l’organisme du cheval ?

Une augmentation de la consommation d’oxygène

La consommation maximale d’oxygène (appelée aussi VO2 max) est capable d’augmenter de 15 à 30 % avec un entrainement bien mené. Cette amélioration intervient entre les 8ème et 12 ème semaines du cycle d’entrainement. Son apparition est donc lente… a contrario de sa disparition qui est rapide puisque 6 semaines après la fin du cycle d’entrainement, la consommation d’oxygène redevient à son taux de base. Pour obtenir une optimisation de la VO2, il convient au cavalier d’augmenter progressivement l’intensité de l’entrainement soit par la distance parcourue soit, par la vitesse de l’allure… mais jamais les deux en même temps !

Les effets de l’entrainement sur l’organisme du cheval en termes de consommation d’oxygène sont donc d’augmenter davantage le taux de VO2 max pouvant être maintenu dans le cadre d’un travail prolongé. Au-delà de ce seuil, les muscles commenceront à produire et à accumuler de l’acide lactique qui est à l’origine de crampes musculaires et donc… de boiteries !

Seuil physiologique - Horse-ConnectSeuil physiologie – extrait du livre Alimentation du Cheval de Roger WOLTER

 

Un épaississement du myocarde

Les effets de l’entrainement sur l’organisme du cheval ont bien entendu un lien direct avec l’organe moteur du cheval : le cœur. Comme vu dans notre article précédent, le cœur va s’adapter à l’effort grâce à un épaississement du myocarde (et donc à l’augmentation de son volume) qui est du à deux indicateurs :

  • une augmentation de sa vascularisation
  • une augmentation du volume cavitaire ventriculaire

Plus le cœur de votre cheval sera entrainé à fournir un effort donné, plus sa Fréquence Cardiaque post effort sera à même de diminuer rapidement. C’est ce qu’on appelle…la récupération !

Frequence cardiaque (bpm) en fonction de la vitesse (m/s) - Horse-Connect

La vitesse à laquelle la fréquence cardiaque maximale est atteinte augmente avec l’entraînement. Cela peut être visualisé sur le graphique suivant ; l’entraînement a pour effet de décaler vers la droite les courbes de fréquence cardiaque, FC = f (V).

Source du schéma : ici

Une augmentation de la concentration des globules rouges

L’entrainement sportif du cheval va également modifier son profil hématologique en accompagnant la résistance à l’effort d’une augmentation de la concentration de globule rouge. En quoi est-ce significatif ? Tout simplement parce qu’un globule rouge est une cellule sanguine qui permet le transport de … l’oxygène ! Hé oui, tout est lié 😉

Sur le plan biochimique, l’entrainement va permettre une diminution de l’amplitude des variations de l’ionogramme (dosage des différents électrolytes présents naturellement dans l’organisme) et une optimisation de la cinétique (vitesse des réactions électrochimiques) de retour aux valeurs de repos connues de l’animal.

 

Une amélioration des échanges gazeux

Globalement, la fonction respiratoire n’est pas proprement influencée par l’entrainement. Cependant, les vétérinaires soulignent une amélioration du transport du dioxygène par l’hémoglobine.
Cette optimisation est favorisée par différentes constituantes :

  • une fatigue des muscles respiratoires qui se retarde au fur et à mesure de l’avancée de l’entrainement;

 

  • une baisse de la consommation d’oxygène globale pour se concentrer sur les muscles de l’appareil locomoteur qui se trouvent en pleine production de l’effort;

L’ensemble de ces éléments a pour objectif une amélioration des échanges gazeux et de la ventilation pulmonaire. Grâce à cette amélioration, un courant favorisant la consommation, le transport et l’utilisation de l’oxygène se met en place.

Echange gazeux - Horse-Connect

Schéma représentant l’échange gazeux entre la veine pulmonaire et le coeur.

Source du schéma : ici

 

Une croissance musculaire et une modification de la typologie des fibres

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se cachait derrière les muscles de votre équidé ? Pourquoi, en phase d’entrainement, ses muscles se dessinent…. et fondent comme neige au soleil lors d’une phase de repos ? La réponse est toute simple : lorsque votre monture suit un plan d’entrainement, ses  fibres musculaires s’épaississent et leur typologie (Type I, IIa, IIb) se modifie.

Coupe transversale d'un muscle de cheval - Horse-Connect

Coupe transversale d’un muscle de cheval – Source ici

En conclusion – les effets de l’entrainement sur l’organisme du cheval …

Les effets de l’entrainement sur l’organisme du cheval  sont donc multiples. Il convient aux cavaliers d’adapter leur planning d’entrainement en fonction des réponses apportées par l’organisme de leurs montures au risque d’entrer dans un système qui fait bien plus de mal que de bien …. le surentrainement !

3 commentaires sur “Les effets de l’entrainement sur l’organisme du cheval

  1. Pingback: Equisite » Revue de presse #2

Laisser un commentaire