Moment de grâce

Savoir se contenter de peu : voici très certainement la recette du bonheur équestre. Il y a quelques jours, Mini-Morue m’a offert un magnifique moment de grâce et je peux vous dire une chose : je ne me suis toujours pas remise de son cadeau.

Rien ne vaut une bonne balade en main !

Comme vous le savez, je suis encore à pied pour au moins deux mois. Je profite donc de cette période pour m’occuper au maximum de ma jument.

img_0398

Qu’est-ce que tu veux, toi ? Bonjour Mini-Morue !

Le temps que l’on ne passe pas à s’entrainer, je le passe à pied, à ses côtés. Lorsque j’arrive à l’écurie, il fait déjà nuit noire. Peu importe, je mets mon gilet réfléctorisant, je prends 2 frontales et Mini-Morue revêt son habit de lumière. C’est parti : nous partons pour une petite sortie d’une heure dans la campagne du Vexin. J’adore ce moment : le calme ambiant, les lumières des villes au loin et surtout, un ciel magnifiquement étoilé. C’est simple mais le programme est efficace pour le moral… et pour mes cuisses ! Car la dame, bah elle a une sacrée foulée. Et moi, bah j’essaye de suivre sans souffler comme un bœuf. Voilà, voilà. Mais où est donc passée la cavalière qui fait 20 km de galop en suspension sur piste ? Très bonne question ! Si vous la voyez un de ces quatre, passez-lui le bonjour 😉

La recette ? Une bonne séance de gratouilles !

En rentrant à l’écurie, c’est grosse séance de pansage. Bah oui, elle se sait en vacances donc elle prend un malin plaisir à se transformer en crêpe au nutella. De la boue + des poils. Miam ! D’ailleurs, quand j’arrive à l’écurie, je ne peux pas m’abstenir de lui dire « Uhmm que tu es belle ». Je vous assure, dans son oeil je peux lire « T’inquiète Choupette, ce n’est que le début ». J’adore.

 

img_0450

La crêpe au nutella dont je vous parlais…

Bref, revenons à nos moutons .

Je vous peints le décor : un silence quasi absolu. Les seuls bruits que l’on entend sont ceux de la forêt. Je suis seule avec elle. Je lui raconte ma vie et elle me prête une oreille attentive. Un autre moment de bonheur que j’aime partager avec elle.

Jeudi soir, Mini-Morue m’a offert un vrai moment de grâce. Anecdotique pour certains. Une énorme valeur pour moi. Elle qui n’aime pas trop le contact (Jument Power), elle s’est complètement laissée aller dans mes bras pendant plus de 30 minutes. Quelques gratouilles bien situées près de l’oreille gauche. Un cheval immobile. Une tête qui s’abaisse de plus en plus. Des yeux qui se ferment tout doucement. Pas un bruit, pas un mouvement. En quasiment cinq années de vie commune, je crois que c’est la première fois que Mini-Morue s’est ainsi remise à moi. Un pur moment de complicité. C’est ce que j’appelle « un moment de grâce ».

Durant cette période de convalescence, le pansage est devenu un vrai moment de complicité. Je gratte, je gratte. L’encolure, la base du garrot. J’ai mal au bras, mais je continue à gratter. Et vous savez quoi ? Elle me rend ses gratouilles ! Régulièrement elle se tourne vers moi, tend le nez et cherche à me gratter le bras. C’est tout bête, c’est hyper gniangnian mais peu importe.

Ce moment de grâce, je le prends comme un magnifique cadeau, une belle preuve de complicité. Si je devais définir ce que cette période de mise à pied nous a apporté ce serait bien ça : la complicité et la confiance.

 

12 commentaires sur “Moment de grâce

  1. Soon a Horse

    C’est marrant, j’ai vécu un moment ce genre là il y a quelques jours seulement. Moi aussi j’ai écrit une tartine sur ce magnifique moment de bonheur, mais je n’ai pas encore publié l’article (et je ne sais pas s’il le sera un jour).
    Je comprends donc parfaitement ce que tu as pu ressentir et j’en ai encore plus d’émotion.
    Superbe !

    Répondre
    • Sophie Auteur de l'article

      Merci beaucoup Cyrielle pour ton témoignage !
      Je pense que toi aussi, en ayant pris le temps d’écrire « un pavé », tu t’es rendue compte à ce moment là du cadeau que Tabs venait de t’offrir.

      Répondre
  2. Naja

    Magnifique <3 je trouve pas ça gnagnan non plus, tu aurais écris que ta mobylette aime bien que tu la grattouilles, j'aurais tiqué, mais Moumou, c'est ta compagne d'aventure depuis un moment déjà ! ça créé des liens, surtout les moments durs, il paraît 🙂 Moi c'est toujours pendant ses convalescences aussi qu'elle est la plus câline, mais c'est peut-être aussi parce que je prends davantage de temps à ne rien faire avec elle…

    Répondre
  3. Osteonimaux

    Je l’ai eu avec mon Lipizzan assez rapidement en 5 à 6 mois mais avec ma nouvelle jument Lily, c’est pas pareil, elle n’aime pas les gratouilles ou trés peu . . . j’attend encore !
    Mais je comprend c’est une émotion génial et quand je masse les chevaux de mes clients, il y en a qui me rende ce moment alors que je l’ai connais pas, c’est vraiment magique.
    Félicitation à vous deux 😉

    Répondre
    • Sophie Auteur de l'article

      Merci beaucoup Emeline !
      Il m’a fallu attendre 5 ans quasiment… mais comme d’hab : elle choisit de me donner au moment où elle sait (sent ?) que je suis capable de les recevoir… et de les apprécier !

      Répondre

Laisser un commentaire