Humeur du jour : bienvenue à Morue Land !

HUMEUR DU JOUR : BIENVENUE A MORUE LAND !

Chers lecteurs,

Si vous suivez ce blog régulièrement, vous devez vous dire que Mini-Morue est vraiment une super jument : gentille, généreuse et visiblement pas très compliquée à travailler. Dans l’ensemble, tout ces qualificatifs sont bien vrai…. à l’exception d’aujourd’hui.

Dans l’ordre, nous avons eu le droit à une (très) grande comédie :

  • une tentative de tirer au renard au moment où je l’ai détaché pour partir monter. Pourquoi ? Aucune idée;
  • un écart en mode « biche éplorée » en passant devant un sac poubelle qui a eu le malheur de claquer à son passage. A ce moment là, je me suis dis que ça allait être compliqué;
  • un écart en mode « chevreuil » au moment de passer juste à côté d’un tuyau d’eau proprement rangé au sol. Du grand n’importe quoi : tremblements, tressaillements, ronflements, blanc de l’œil, cheval tendu comme une arbalète. Là, je me suis dis que j’allais vraiment en chier.

ET C’EST VRAI : J’EN AI CHIÉ…. CAR CE N’EST PAS TERMINÉ ! MORUE LAND, JE VOUS L’AVAIS DIT 😉

  • Une fois dans la carrière, une jument complètement sur orbite, très lourde en main. Retour 6 ans en arrière, du plomb dans les bras. Il m’a fallu multiplier les flexions et les reculés pour tenter d’avoir un peu moins de poids. Un calvaire. Je vais retourner à mon mors double brisure auto-bloquant car le simple brisure n’a pas l’air de sui convenir;
  • Point positif : de bons départs au galop à gauche depuis le pas. Jument un peu en vrac devant … mais au moins ça partait à gauche. Impossible de la galoper à droite. Complètement folle dingue. Re-flexions mais rien n’y a fait. Quand ça veut pas, ça veut pas;
  • On re-galope tranquillement à gauche… jusqu’à ce qu’un corbeau décide de se poser juste sur la piste, 2 foulées devant elle. Comment vous dire ? Ben elle a fait un stop. Un vrai. Postérieurs bien sous la masse. Elle aurait eu des plates aux postérieurs, je pense qu’elle aurait glissé. Là, j’ai été à deux doigts de jeter l’éponge. Mais je me suis dis qu’il était impossible de rester sur quelque chose d’aussi dégueulasse.
  • Je décide donc de retourner un peu sur le reculé, mouvement qu’elle maitrise assez bien. Elle peut, de temps en temps, se décaler mais globalement, c’est pas mal. Sauf aujourd’hui. Je suis calme, résignée à lui demander juste de terminer sur quelque chose de propre. Genre « tu me fais un joli reculé et je te remets au pré Moricette ». Visiblement, c’était bien trop demander. Je suis arrêtée. Je place mes aides pour reculer. Elle n’est visiblement pas d’humeur et me le fait comprendre : elle commence à se lever. J’ai vu rouge flamboyant. Remise en avant :  je prends, je rends, je prends, je rends …le tout, avec plus de fermeté. On s’arrête. Je place mes aides. Un petit reculé timide genre « tu me fais vraiment chier ». Ça ne me convient pas DU TOUT. Je replace mes aides : je ferme devant et je commence à lui mettre plus de jambes. Quand je demande un reculé, ce n’est pas je traine les pieds. Je veux un vrai reculé. Un vrai pas… mais en marche arrière quoi ! Et là, ô miracle : pour la première fois aujourd’hui, j’ai ENFIN quelque chose de propre, dans le mouvement et avec un cheval presque en équilibre (je dis presque car il y avait quand même du poids devant).

 

BIEN ENTENDU, JE RÉCOMPENSE DIRECTEMENT EN RENDANT LES RÊNES ET EN DESCENDANT. ELLE EST AU BOUT DE SA VIE. MOI AUSSI.

MAIS CE N’EST PAS FINI AHAHAH !

MORUE LAND UN JOUR, MORUE LAND TOUJOURS !

Nous sortons de la carrière. Et nous passons devant…. le fameux tuyau toujours très bien enroulé au sol. Tient, tient… elle ne tilte pas. Elle passe devant et bouffe la première touffe d’herbe qui passe sous son nez. Une petite voix me dit « essaye de la refaire passer dans l’autre sens ». Et là, c’est le drame. Elle s’aperçoit que le tuyau est … toujours là ! Le salaud, il a voulu lui l’a faire à l’envers. Par surprise ! La biche et le chevreuil sont de retour ! Ronflements, tremblements et voilà que je marche en crabe. Ah bah quand elle veut, derrière, ça croise nickel chrome hein, une vraie danseuse ! Vous arrivez à suivre ? Je vous la refais : en sortant de la carrière, elle ne moufte pas…. mais dans l’autre sens (donc vers la carrière), on est en mode « grand n’importe quoi ». Je décide de la ramener à l’écurie. Je pense que nous en avons eu largement assez pour aujourd’hui.

Bref, tout ça pour vous dire que ma Mini-Morue, autant je la trouve fantastique, autant … elle est capable d’avoir des humeurs de Morue puissance 100 000.

Pour quelles raisons ? Alors j’ai quelques hypothèses :

  • 4 jours de repos suite à un week-end « travaux » de mon côté. Un peu chaude la Moricette ! Lorsqu’elle bosse moins, elle est moins dedans; J’ai prévu de la remettre dans le dénivelé au pas dès demain… ça va nous la calmer un peu 🙂
  • La météo : beaucoup de vent et elle déteste le vent;
  • Peut-être une nouvelle période de chaleur qui commence à la chatouiller;
  • Ou tout simplement pas l’envie. Pas besoin de chercher plus loin.

Au final, nos chevaux sont comme nous : y’a des jours où concrètement, ils ne sont vraiment pas dedans. Pour le cavalier, toute la difficulté réside dans le fait de savoir se contenter du moindre petit truc positif pour savoir s’arrêter à temps.

UNE JOLIE SÉANCE A OUBLIER VITE FAIT 🙂

2 commentaires sur “Humeur du jour : bienvenue à Morue Land !

    • Sophie Auteur de l'article

      C’est ça !
      Enfin « sang » ne signifie pas complètement dingo non plus.
      Ahhh ces juments… les meilleures 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire