Aïe, j’ai mal à mon psoas !

Bonté Divine, ça faisait longtemps ! Conjointement à ma reprise de l’équitation il y a un petit mois, voilà qu’une douleur est venue s’installer au niveau de ma hanche droite. Une douleur insidieuse et latente pour laquelle je me disais « meuhh non, ça va aller ». Ouai, sauf que non, ça ne va pas aller. Je sens qu’en selle, je penche sérieusement à droite. Je sens que j’ai du mal à reculer ma jambe droite et que pour me soulager,  j’ai besoin de me « tenir » la hanche et le bas du bassin. Bref, je sens que ça ne va pas et ce n’est pas seulement due à la reprise et à mes hésitations. Non, il semblerait que ce soit mon psoas-iliaque qui me fasse mal.

Comment j’en suis arrivée à découvrir mon problème de psoas ?

La semaine dernière, après une sortie de fond de 6h, je me suis retrouvée en chiale, complètement handicapée : à peine descendue de Mini-Morue, je fus dans l’impossibilité totale de faire le moindre pas. Ma hanche droite était alors complètement verrouillée. Il m’a fallu serrer les dents pour passer ma jambe au-dessus de la selle et pour ramener ma pauvre jument jusqu’à son box. C’est complètement fou ! C’est elle qui a marché pendant 6h et c’est moi qui clopine comme une pauvrette à ses côtés.

Je vous passe les détails, mais j’ai souffert le martyr. Lever ma jambe droite était un calvaire. L’écarter latéralement m’était devenue impossible sans me prendre une décharge électrique. C’est donc sans hésitation que lundi matin, 9h j’ai supplié mon ostéopathe de me prendre le jour-même. La chance fut avec moi.

A peine arrivée dans son cabinet, comme si elle le sentait, elle se dirigea vers mon bassin. Ce dernier avait perdu une importante part de mobilité. L’une des raisons ? Un psoas-iliaque surtendu, complètement en feu.

560-psoas-iliaqueUn peu d’anatomie : découverte du psoas-iliaque

(source de l’image)

Mais au fait, il sert à quoi le psoas ?

Le psoas-iliaque est un muscle de la région postérieure de l’abdomen qui rattache la cuisse au tronc. Il constitue, avec le sartorius et le tenseur du fascia lata, le groupe musculaire des fléchisseurs de la hanche.

Ce muscle polyarticulaire s’étend des vertèbres T12 à L5 de la colonne vertébrale (pour le psoas) et de l’os coxal (pour l’iliaque) au petit trochanter du fémur. Très puissant, il a comme fonction principale la flexion de la hanche (flexion de la cuisse sur le bassin).

Et pourquoi le psoas me fait mal ?

Le psoas est un muscle trop souvent négligé par les cavaliers. En effet, les postures assises prolongées que nous adoptons tout au long de nos entrainements mettent le psoas en position de raccourcissement. Avec le temps, si on ne l’étire pas régulièrement, celui-ci se raidit et se raccourcit, et peut ainsi engendrer diverses douleurs telles que des douleurs inguinales et au niveau du bas du dos (lombalgie, hernie discale, etc.), des tendinites (inflammation des tendons d’insertion), des blessures aux genoux et diverses douleurs pelviennes, intestinales, de hanches, etc. La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas grave et qu’il existe un traitement 100% gratuit et naturel pour prendre soin de son psoas-iliaque : les étirements !

Prendre soin de son psoas grâce aux étirements

Il m’aura quand même fallu 2 séances d’ostéopathie à une semaine d’intervalle pour venir à bout de mes douleurs. A la fin de la première séance, il y avait un léger mieux : je pouvais bouger ma jambe. Ouai, super ! Mon ostéopathe m’a imposé une semaine de repos complet (même pas une balade) mais aussi…. de m’étirer. Vous vous étirez, vous ? Bah moi, je vais être honnête : je m’étire quasiment jamais. Je le fais uniquement avant et après une course. Mais au quotidien, que nini. Je ne prends pas le temps et surtout, je pense que je n’en ai pas besoin. Grosse GROSSE ERREUR !
Alors pour éviter ces douleurs, mon ostéopathe m’a montré quelques étirements à faire TOUS LES JOURS matin ET soir.
Les illustrations ci-dessous sont issues du site Personal Sport Trainer
Etirement du psoas - Horse-Connect

Etirement du psoas - Horse-Connect

 

Etirement psoas - Horse-Connect

Pour prendre encore un peu plus soin de vous…

N’hésitez pas à vous masser ! A l’occasion de ma rencontre avec mon psoas, j’ai découvert le Baume du Tigre.

Baume du Tigre - Horse-ConnectBaume du Tigre « Rouge »

Cette appellation venant d’Asie vous dit certainement quelque chose ! Prenez du camphre, du menthol, de l’huile essentielle de clou de girofle et de l’huile essentielle de cannelier et hop… vous avez cette petite baume rouge chauffante et décontractante qui vous sera d’une grande aide pour tout ce qui est contractions musculaires. Attention, il existe de nombreuses contre-façons alors achetez le votre chez votre pharmacien !

 

En pratiquant quotidiennement vos étirements, vous ne devriez plus être embêtés par votre psoas !

Pour aller plus loin dans la quête d’informations, je vous conseille la lecture de l’article « Cavalier : le psoas » du blog SaddlingUp !

Bonne lecture et bons étirements !

2 commentaires sur “Aïe, j’ai mal à mon psoas !

  1. Thébaine

    Woa !! Je savais que c’était important de s’étirer, mais je me rendais pas compte des effets terribles que ça pouvait avoir… Ton expérience motive à faire de la prévention en tout cas ^^ Pour ma part, j’ai approfondi un peu mes recherches pour être mieux dans son corps, et j’ai découvert les MACs de Christophe Carrio (dans Sport sans blessure). Ce sont des séquences de mobilisations de toutes les articulations qui se font en 15-25 minutes, à faire tous les jours si possibles. J’avais pas de douleurs particulières mais je reconnais qu’on se senti fichtrement bien après…

    Répondre
    • Sophie Auteur de l'article

      Oh que si Flo, des douleurs à chialer !
      Deux semaines que j’ai commencé les étirements et je sens déjà les effets. Ceci m’amène à me dire que mes problèmes posturaux engendrent des problèmes sur ma partenaire. Le constat est pas glorieux.
      Nouvelle remise en question !
      Je vais aller jeter un oeil sur les MACs de Carrio… forcément, avec ma dynamique actuelle, je ne peux que être intéressée !

      Répondre

Laisser un commentaire